Monsieur Francken, n’y a-t-il pas moyen d’agrandir la salle d’attente de l’Office des étrangers ?

refugies_0

Le groupe Migration du PTB se rend depuis plusieurs jours auprès des réfugiés rassemblés devant l’Office des étrangers pour obtenir un logement. Devant la politique inhumaine du Secrétaire d’État à l’Asile et aux Migrations, Théo Francken (N-VA), il interpelle celui-ci pour que ces familles, bien souvent victimes de guerre menées par l’Occident, soient accueillies dignement.

Auteure : Riet Dhont

Lire dans Solidaire

Le parc Maximilien, en face de l’Office des étrangers. De petits groupes, uniquement des hommes, arrivent, avec un sac à dos, avec une veste d’été ou un carton sous le bras, et se faufilent discrètement entre les arbres. Ils cherchent un endroit, un abri, car il va peut-être pleuvoir cette nuit. « Je n’aurais jamais cru que j’allais devoir dormir à la belle étoile en Belgique », s’étonne Amir, venu d’Irak. La veille au matin, il n’avait plus pu entrer à l’Office des étrangers pour introduire sa demande d’asile. Il doit de nouveau faire la file ce matin, s’assurer une place en compagnie de deux autres compatriotes, vers 5 heures devant la porte, sur le seuil. De plus en plus de réfugiés affluent. Une centaine en tout. Ce matin, ils ont eu la priorité, et une fois de plus, quelque 200 autres n’ont pas pu entrer. Depuis plusieurs jours déjà, à 6 h du matin, nous nous rendons à l’Office des étrangers.

C’est horrible de voir comment les enfants sont presque écrasés une fois que la porte s’ouvre enfin. Mais c’est encore plus grave de voir comment on envoie les gens promener et passer la nuit dehors en leur disant : « Allez dans le parc, et revenez demain ! » On pourrait répondre à cela : « La salle d’attente est trop petite, nous n’avons pas d’autres locaux. Nous avons trop peu de personnel. Et nous ne pouvons quand même pas multiplier tout par deux : deux détecteurs pour contrôler les bagages, deux appareils de radiologie pour vérifier les poumons, deux appareils pour les empreintes digitales… Tout ça, c’est impossible. » Monsieur Theo Francken, savez-vous combien de m2 de bureaux restent inoccupés à Bruxelles ? Plus d’un million de m2, et cela vaut aussi pour les environs de la chaussée d’Anvers, à proximité de vos services… Vous pourriez quand même faire quelque chose. Pourrait-on également disposer des tentes dans le parc pour permettre aux gens d’y passer la nuit ? Et, quant au manque de personnel, ne pourriez-vous pas instaurer de brèves modalités d’inscription, pour chaque personne qui se présente, afin de procéder plus tard à la suite des démarches ?

2 215 places d’accueil en moins

Outre l’ouverture des casernes, la réouverture de centres qui avaient été fermés plus tôt, vous demandez à chaque commune d’accueillir une famille. Mais, fin 2013, pas moins de 2 215 logements d’accueil ont été fermés aux réfugiés, dans les communes. Il existe 589 communes, en Belgique. Cela veut dire qu’environ 4 maisons par commune ont été fermées aux réfugiés. Et ça n’a fait que continuer, même jusque fin juin. Dans la ville de Tournai aussi, où l’on a ouvert désormais un centre d’accueil pour 700 demandeurs d’asile, des places d’accueil locales ont été fermées fin décembre encore, avec le licenciement du personnel comme conséquence. Ne saviez-vous pas à l’époque que la guerre en Syrie faisait rage depuis quatre ans déjà et que, chaque jour en Irak, il y a des dizaines de morts, victimes des bombardements de l’État islamique ou des exécutions par les milices ? En outre, de plus en plus de conflits éclatent dans lesquels nos pays occidentaux sont impliqués. Tant qu’il en sera ainsi, on ne pourra enrayer l’afflux de réfugiés.

Et vous vous faites du souci à propos de l’intégration de ces personnes par la suite ? Mais, Monsieur Francken, savez-vous combien de subsides les services sociaux existants ont perdus ces derniers mois et ces dernières années ? En 2014, on a refusé 33 % des subsides demandés dans le secteur social. 40 % des associations du secteur social s’attendent à une diminution de leur financement. Cela aura un contrecoup énorme sur le plan de l’emploi (on s’attend à 15 % de licenciements), des services proposés, de même en ce qui concerne les initiatives comme l’accompagnement, l’intégration des nouveaux venus tels les réfugiés.1 Empêchez donc le démantèlement du secteur social ! Car nous en sommes tous les victimes aussi : davantage de chômage, des coûts plus élevés dans les maisons de repos, des problèmes pour nos mouvements de jeunesse, etc.

La solidarité est la tendresse des peuples

Mais, Monsieur Theo Francken, la solidarité se développe, vous le voyez et vous le sentez, à Tournai, à Malines, dans le travail avec les réfugiés au « Soeppunt » (Point Soupe) en Flandre, et aussi dans le parc Maximilien même, où nous avons rencontré des volontaires de la Croix-Rouge venus avec des couvertures.

Et, vendredi, pendant que vous tiendrez votre Conseil des ministres, nous irons de nouveau à la chaussée d’Anvers, du côté de vos services, à 6 h du matin. Des gens prépareront des sandwiches, des crêpes, des petits gâteaux afin d’apporter un peu de réconfort dans les files d’attente. Le café, le thé, les yaourts sont déjà  prêts. Et, de plus, des tas d’enfants viendront, « des enfants d’ici pour les enfants de là-bas », avec leur nounours, leurs crayons de couleur, leur poupée préférée, pour les donner aux enfants des réfugiés. Ils amèneront aussi des cahiers, des plumiers, car ces enfants de réfugiés ont le droit eux aussi d’aller à l’école. Si, du moins, ils ont trouvé un toit au préalable… Nous ne pouvons que l’espérer.

Monsieur Francken, « la solidarité est la tendresse des peuples ». Nous le ressentons vraiment, qu’il s’agisse de nos voisins s’ils ont des problèmes, ou de personnes qui viennent de très loin : la solidarité ne connaît pas de frontières. Peut-être demain pourriez-vous faire un tout par ici aussi, Monsieur Theo Francken ?

1. Baromètre des associations 2014,  Ipsos Public Affairs.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s